Jeu de données: La détermination et l'avenir des bien-doués (1951-1952)

Résumé

En 1944, l'Institut national d'études démographiques avait effectué une grande enquête nationale sur le niveau intellectuel des enfants d'âge scolaire (voir "Le niveau intellectuel des enfants d'âge scolaire" IE0013). Cette étude avait permis de doter l'enseignement français d'un instrument de mesure du niveau mental, le test mosaïque de Gille, adapté à l'ensemble de la population scolaire. Les résultats présentaient pour la première fois des normes susceptibles de classer tous les enfants de 6 à 12 ans, non seulement par rapport à l'ensemble de ceux de leur âge, mais aussi par rapport à ceux qui appartenaient au même milieu socio-économique. Enfin, ils apportaient une contribution précieuse pour la tâche difficile de l'orientation, reposant sur la valeur des individus.

    Ce travail avait apporté de nombreux éclaircissements, mais aussi de nouvelles problématiques. Une double question se posait notamment à partir de l'enquête de 1944.  
    En premier lieu, conçue d'abord pour dénombrer les enfants inaptes à un enseignement scolaire normal, elle (l'enquête) portait sur l'ensemble de la population scolaire et devait permettre de sélectionner également les enfants les mieux doués. Leur instruction et leur avenir ne posaient pas un problème social de moindre importance que ceux des autres.  
    En outre, et c'est en définitive la question majeure qui surgissait de l'enquête, dans quelle mesure le classement des enfants, opéré très tôt, d'après un examen psychologique, permettait-il de formuler un diagnostic valable sur leurs aptitudes ? Autrement dit, l'avenir allait-il confirmer ou infirmer le classement obtenu dans l'enfance, et la réussite future était-elle dans la dépendance de qualités initiales, décelées très tôt ?

    Une nouvelle expérience, conduite à partir de la première, devait apporter à ce sujet des éclaircissements convaincants.
    Une enquête a donc étudié sept ans plus tard, en 1951-1952, les enfants les mieux classés au test en 1944, ainsi qu'un groupe témoin, choisi parmi ceux qui se classaient au centre de la distribution, les "moyens". L'avenir respectif de ses deux groupes a été comparé : on s'est attaché à rechercher les sujets les mieux classés au test, quel que soit leur âge, et à étudier ce qu'ils sont devenus dans leur scolarité ou après leur scolarité, depuis le moment où ils ont été examinés, c'est-à-dire depuis le premier semestre 1944.  
    Au début des années 50, les enquêtés étaient devenus des jeunes gens et jeunes filles, dont l'âge variait entre 13 et 19 ans, certains étant encore à l'école primaire, d'autres dans l'enseignement technique ou secondaire, certains déjà dans l'enseignement supérieur et enfin d'autres déjà au travail.  
     
    Cette recherche s'est trouvée scindée en deux moments distincts : la valeur scolaire des enfants dans l'enseignement du 1er degré (= primaire), et ensuite, pour ceux qui les fréquentaient, dans l'enseignement du 2e degré (= secondaire) ou dans l'enseignement technique.
    L'objectif final était de s'assurer, a posteriori, de la validité du test et de déterminer dans quelle mesure il apportait une discrimination des enfants, conforme à celle qu'opère la suite des études, ou même la première installation dans la vie. On se proposait aussi d'analyser, dans les cas de discordance, l'ensemble des causes physiques, caractérielles, familiales ou sociales, susceptibles d'expliquer l'échec ultérieur d'un enfant bien doué au départ.

Titre

La détermination et l'avenir des bien-doués (1951-1952)

Titre parallèle

Identifying gifted children and their outcomes

Numéro d'identification

IE0044

Auteur

Nom Affiliation
GIRARD Alain INED
BASTIDE Henri INED

Producteur

Nom Affiliation Abréviation: Rôle
Institut national d'études démographiques INED

Date de production

2010-05-18

Commanditaire

Nom Abréviation: Rôle Soumission
Institut national d'études démographiques INED

Diffuseur des données

Nom Affiliation Abréviation:
Institut national d'études démographiques INED

Dépositaire

Nom Affiliation Abréviation:

Liste des mots-clés

Dates de collecte

Début Fin Cycle
1951-01 1951-02 Expérience préparatoire à Paris (enseignement primaire)
1951-05-17 1951-08-01 Enquête sur l'enseignement primaire
1952-05 1952-08-10 Enquête sur l'enseignement secondaire et technique

Pays

France

Couverture géographique

Enseignement primaire : Ecoles de l'enseignement primaire (public et privé) en France métropolitaine.
Enseignement secondaire et technique : Etablissements d'enseignement secondaire, technique ou professionnel en France métropolitaine

Unité d'analyse

Individu

Univers

Enseignement primaire : Enfants des écoles primaires françaises (publiques et privées) ayant passé le test mosaïque en 1944 et pouvant être qualifiés selon leur résultat de "bien-doués" ou de "moyens".
Enseignement secondaire et technique : Enfants des écoles primaires françaises (publiques et privées), ayant passé le test mosaïque en 1944, pouvant être qualifiés selon leur résultat de "bien-doués" ou de "moyens", et étant entrés par la suite dans un établissement secondaire, technique ou professionnel.

Entité responsable de la collecte des données

Institut national d'études démographiques  (INED)

Fréquence de collecte des données

Enquête en deux phases :
- 1ère phrase sur l'enseignement primaire : de mai à août 1951.
- 2ème phrase sur l'enseignement secondaire et technique : de mai à août 1952.

Procédure d'échantillonnage

Stratifié
Aléatoire

Pour la partie de l'enquête concernant l'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE, deux groupes ont été créés : les bien-doués et le groupe témoin.
         L'échantillon utilisé pour cette partie a été crée à partir de l'enquête "Le niveau intellectuel des enfants d'âge scolaire" (IE0013) réalisée en 1944 avec un sondage stratifié (pour rappel, environ 100.000 élèves avaient été interrogés pour cette enquête, répartis en 20 zones correspondant aux régions administratives alors définies. Pour en savoir plus sur la façon dont les élèves avaient été sélectionnés, se reporter à la partie "Procédure d'échantillonnage" de l'enquête IE0013 mentionnée ci-dessus).
         Concernant les bien-doués, ont été sélectionnés les enfants classés au test dans le premier décile, compte tenu de leur milieu socio-économique, défini par la profession du père. Concrètement, le classement des sujets a été considéré par rapport aux enfants du même âge et appartenant au même milieu (7 milieux différents ayant été distingués).
         Le groupe témoin a été constitué, quant à lui, en identifiant dans chaque milieu les enfants classés au centre de la distribution, c'est-à-dire entre le 46ème et le 55ème centile. Le classement n'ayant été fait qu'en déciles, du 2ème au 9ème, on s'est servi des mêmes tableaux de normes, en interpolant la valeur médiane entre les bornes calculées pour les déciles de 4 à 5 et 5 à 6. Cette opération explique que le groupe témoin n'ait pas exactement la même importance numérique que le groupe des bien-doués ; il était en réalité un peu plus nombreux, alors que, théoriquement, ces deux groupes auraient dû être égaux, représentant chacun 10% de l'ensemble.
         Enfin, un tirage a été appliqué. En effet, le nombre des enfants âgés de 6 à 11 ans révolus, 72 à 143 mois, s'élevait dans l'enquête à 90454. Il y avait donc lieu de rechercher les 10% bien doués et les 10% moyens, soit 18090 sujets. Il a paru que cette recherche serait trop coûteuse et qu'un nombre moins élevé suffirait pour obtenir des résultats statistiquement valables. De ce fait, la solution suivante a été adoptée : rechercher seulement un enfant sur deux. Pour opérer ce choix au hasard et dans les conditions les plus simples, la distribution des enfants ne variant pas d'un mois à l'autre, il a été décidé de rechercher seulement les enfants appartenant à une classe sur deux des 72 classes constituées par le classement des enfants par âge en mois. Seuls les mois "pairs" ont été choisis dans les deux groupes, c'est-à-dire les enfants âgés au moment de l'examen de : 72 mois, 74 mois... 142 mois.

Pour la partie de l'enquête concernant l'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE ET TECHNIQUE :
         Il avait été demandé aux maîtres contactés dans la première partie de l'enquête (enseignement primaire) d'indiquer l'établissement scolaire où étaient allés les enfants à la sortie de leur école, dans le cas où ils avaient poursuivi des études après le cycle primaire. Quand cette indication a été fournie avec assez de précision, les chefs d'établissement (en 1951) des élèves concernés ont été contactés.

Mode de collecte des données

Relevé sur document
Dans la phase concernant l'enseignement primaire, la première partie du travail a consisté à identifier nominativement les enfants des deux groupes et à reporter sur autant de bulletins leurs nom, prénoms, sexe, date de naissance et profession de leur père, avec l'indication de l'école qu'ils fréquentaient en 1944. Tous ces renseignements figuraient sur le questionnaire accompagnant le test mosaïque.

Auto-administré
Pour la phase concernant l'enseignement secondaire et technique comme pour la deuxième partie du travail sur l'enseignement primaire, la collecte des données s'est faite de manière "Auto-administrée". Dans le premier cas (secondaire), ce sont les chefs d'établissement qui ont rempli les bulletins d'enquête concernant chacun des élèves, et dans le deuxième cas (primaire), ce sont les maîtres d'école.

Type d'instrument de collecte

ENSEIGNEMENT PRIMAIRE :
Le bulletin d'enquête, remplis par les maîtres, avait pour but de préciser (en plus des informations reprises du test mosaïque = nom, prénoms, sexe, date de naissance, profession du père et école fréquentée en 1944) :  
    - l'adresse actuelle de la famille des enfants ;
    - leur valeur scolaire ;
    - leurs diplômes ;
    - les facteurs susceptibles d'avoir gêné leurs études ;
    - leur activité, après le départ de l'école où ils se trouvaient en 1944, c'est-à-dire soit l'établissement scolaire où ils se trouvaient encore en 1951, soit le métier qu'ils exerçaient.
Si le maître n'arrivait pas à retrouver la trace de l'élève dont il était question, il devait indiquer "inconnu" ou "élève qui n'a pas pu être suivi".
     
ENSEIGNEMENT SECONDAIRE ET TECHNIQUE :
Le bulletin d'enquête, établi à l'intention des chefs d'établissement, était destiné à recueillir les renseignements suivants sur chaque élève :
    - adresse de la famille ;
    - genre d'enseignement suivi ;
    - appréciation globale sur la valeur scolaire de l'élève ;
    - appréciations particulières sur la valeur dans les principales disciplines ;
    - diplômes obtenus ;
    - obstacles éventuels à la réussite ;
    - dispositions artistiques éventuelles ;
    - adresse du nouvel établissement fréquenté en cas de changement ou d'études plus poussées ;
Chaque bulletin d'enquête avait été au préalable libellé au nom de l'élève, avec indication du sexe et de la date de naissance, permettant une identification certaine.

Caractéristiques de la collecte de données

ENSEIGNEMENT PRIMAIRE :
Pour connaître l'histoire des enfants depuis 1944, on s'est adressé aux directeurs et directrices des écoles où se trouvaient les enfants à cette époque. Après accord avec le Ministère de l'Education Nationale, direction de l'enseignement du premier degré, le Secrétariat d'Etat à l'Enseignement Technique et le Comité national de l'Enseignement libre, les Inspecteurs d'Académie, les secrétaires régionaux d'orientation professionnelle et les directeurs diocésains de l'enseignement libre furent avertis. Une lettre et des instructions ont été adressées aux directeurs d'école en même temps que les bulletins d'enquête (relatifs chacun à un enfant désigné nominativement) et une enveloppe pour le retour à déposer à la poste, sans affranchissement, selon le système des "lettres-réponses".
Il est à remarquer que l'objet spécifique de l'enquête, étude des biens doués, n'était pas indiqué aux maîtres et que rien, en particulier, ne leur permettait de savoir si les renseignements qu'on leur demandait étaient relatifs à un enfant bien doué ou à un enfant moyen. Le jugement porté par les maîtres sur les élèves n'était donc nullement influencé par leur classement au test.

ENSEIGNEMENT SECONDAIRE ET TECHNIQUE :
La lettre d'envoi des documents, dans cette deuxième phase de l'enquête comme dans la première, ne signalait pas que l'étude concernait spécialement les enfants "bien-doués", et il n'était donné d'indication ni sur la réussite des élèves à l'école primaire, ni sur leur classement au test mosaïque. En conséquence, le jugement des directeurs d'établissements demeurait entièrement libre.

Taux de réponse

ENSEIGNEMENT PRIMAIRE :
L'application des normes eut pour effet d'identifier 9157 sujets (4158 bien-doués et 4999 moyens), classés dans les centiles 1 à 10 et 46 à 55, et répartis en 2210 écoles. Ce sont donc 2210 lettres qui furent adressées entre le 17 mai et le 5 juin 1951. La date limite pour les lettres-réponses était fixée au 9 juillet.
1230 réponses étaient parvenues au 26 juin, soit 56%, mais les retours devenaient de moins en moins nombreux. 980 lettres de "relance" (2210 - 1230 = 980) furent donc envoyées, sur lesquelles 481 revenaient avant le 1er août, soit 49% du deuxième envoi.
Le total des lettres rentrées au 1er août s'élevait à 1711, soit 78% des lettres envoyées. Elles contenaient les bulletins relatifs à 6453 enfants, soit 71% des enfants recherchés.  
Douze réponses, concernant 58 enfants, sont parvenues trop tard pour être comprises dans le dépouillement.

ENSEIGNEMENT SECONDAIRE ET TECHNIQUE :
Des indications suffisamment précises ont pu être recueillies pour 2262 élèves (1304 bien-doués, 958 moyens), garçons et filles. Les bulletins d'enquête, libellés au nom de chaque élève, avec indication du sexe et de la date de naissance, permettant une identification certaine, ont été regroupés par établissement et adressés à 1145 chefs d'établissement.  
L'expédition achevée le 28 mai 1952, une relance fut expédiée le 27 juin 1952 à ceux qui n'avaient pas encore répondu. 709 réponses étaient parvenues avant le 27 juin, et du 27 juin au 10 août, 107 réponses arrivèrent, soit un total de 816 réponses, représentant 71% des plis expédiés.  
En outre, 9 réponses, relatives à 25 élèves, parvinrent trop tard pour prendre place dans le dépouillement.
Au final, les lettres retournées concernent 1605 élèves, 946 garçons, 659 filles, soit également une proportion de 71% des enfants recherchés.

Autres formes d'évaluation des données

ENSEIGNEMENT PRIMAIRE :
L'examen de la répartition des sujets selon l'âge, la résidence, la profession du père et le nombre total d'enfants dans la même famille, fait ressortir que les proportions sont sensiblement les mêmes dans ces diverses catégories, parmi les enfants qui se classaient dans les centiles 1 à 10 ou 46 à 55 dans l'échantillon primitif des enfants examinés en 1944, et dans celui des enfants observés en 1951.
Toutefois, on trouve dans l'enquête de 1951 un peu plus d'enfants habitant la campagne et un peu moins habitant les plus grandes villes et notamment Paris. Les instituteurs de la campagne semblent pouvoir suivre leurs anciens élèves mieux que ceux des grandes villes. En conséquence, on trouve aussi en 1951 un peu plus d'enfants dont le père est cultivateur ou exerce une profession à la campagne.
En ce qui concerne le nombre d'enfants dans la famille, on trouve dans l'échantillon de 1951 plus d'enfants que dans celui de 1944 appartenant à des familles restreintes, 1 et 2 enfants, parmi les mieux classés et moins parmi les enfants classés dans la moyenne. Ceci est la conséquence du fait que les résultats au test sont, en moyenne, meilleurs dans les familles restreintes que dans les familles nombreuses.

ENSEIGNEMENT SECONDAIRE ET TECHNIQUE :
Les élèves recherchés, comme les élèves observés, s'étaient classés en majorité dans le premier décile (respectivement 58% et 61%). Les élèves de l'enseignement secondaire ou technique représentent donc une sélection par rapport à l'ensemble des enfants examinés en 1944.

Intégralité de la collection entreposée

ENSEIGNEMENT PRIMAIRE :
Tous les bulletins d'enquête retournés n'ont pas pu être exploités, 18% d'entre eux ne comprenant pas les renseignements nécessaires. Plusieurs raisons expliquent ce défaut : destruction d'écoles ou destruction d'archives, écoles fermées, enfants réfugiés au moment de l'enquête et qui ont quitté la région -- parmi les questionnaires retournés sans renseignements, 25% émanaient d'enfants réfugiés, alors que leur proportion dans l'enquête générale de 1944 était de 8% --, instituteurs nouvellement nommés et ne connaissant pas l'enfant, décès de l'enfant, etc.
En conséquence, le dépouillement n'a porté non pas sur 6453 questionnaires mais sur 5256 (2373 bien-doués et 2883 moyens), soit 58% de l'ensemble des questionnaires envoyés.

ENSEIGNEMENT SECONDAIRE ET TECHNIQUE :
Pour diverses raisons, tous les bulletins ne purent être exploités : enfants décédés, écoles fermées, enfants surtout n'ayant pas poursuivi leurs études après 14 ans, ou n'ayant fait qu'un trop bref séjour dans l'établissement pour qu'un jugement valable puisse être porté.  
L'analyse porte donc au total sur 1383 élèves (841 bien-doués et 542 moyens), soit 61% des enfants recherchés.

Matériel relié

Questionnaire : 1ère phase

Premier questionnaire concernant l'enseignement primaire

Questionnaire : 2ème phase

Deuxième questionnaire concernant l'enseignement secondaire, technique et professionnel

Études reliées

IE0013 - Le niveau intellectuel des enfants d'âge scolaire (1944)

IE0038 - Le niveau intellectuel des enfants d'une même famille : fratries entières de deux enfants (1944)

IE0039 - Le niveau intellectuel des enfants d'une même famille : étude des jumeaux (1944)

IE0040 - Le niveau intellectuel des enfants d'une même famille : analyse par âge et par sexe de huit épreuves du test mosaïque (1944)

IE0041 - Le niveau intellectuel des enfants d'une même famille : citadins-ruraux (1944)

IE0100 - Enquête nationale sur le niveau intellectuel des enfants d'âge scolaire (1965)

Publications reliées

Bibliographie

Description des fichiers de données

Nom du fichier

IE0044_N.NSDstat

Contenu des fichiers

Il n'existe aucun fichier de données

Nombre total de cas

0

Nombre total de variables

0

Type de fichier

Nesstar 200801

Télécharger

Index des Métadonnées

Ceci est l'Index des Métadonnées d'un serverur Nesstar.
Nesstar est un outil d'analyse, visualisation et téléchargement de jeux de données.

Cliquez sur "Explorer" pour ouvrir le jeu de données.