Dataset: Passage à l'âge adulte (1993-1994)

Abstract

L'objectif de P2A : retracer l'enchainement des étapes que les jeunes franchissent dans leur progression vers l'âge adulte et comprendre les différentes relations qui existent entre elles.

__________


Dans les années 1980 et 1990, la jeunesse est devenue une transition de plus en plus problématique, installant les jeunes dans une période d'indétermination prolongée.
La jeunesse est le groupe de jeunes, bien entendu, mais aussi la transition qu'ils vivent de l'adolescence à l'âge adulte. Ce passage est jalonné par plusieurs étapes : départ de chez les parents, accès au premier emploi stable et à l'indépendance financière, formation d'un couple, naissance du premier enfant.  Les causes et les manifestations de cet allongement de la période d'indétermination sont diverses : la progression ininterrompue du chômage depuis le début des années 1970 (le taux de chômage des 15-24 ans avait triplé pour les hommes entre 1976 et 1986 (de 6,5% à 17,5%) et doublé pour les femmes (de 14% à 17,5%)) et par conséquent l'accès plus tardif à l'indépendance économique, le déclin du mariage et l'apparition de nouveaux comportements familiaux, où les jeunes avaient acquis une plus grande liberté - ils n'étaient plus tenus d'être mariés pour vivre ensemble ou pour avoir un enfant (à la fin des années 1960 moins d'une femmes sur cinq vivait un couple sans se marier ; en 1993, quatre sur cinq). En effet, depuis les années 1980 les jeunes restaient plus longtemps chez leurs parents, et le premier départ n'était pas toujours définitif. Après avoir obtenu un emploi stable, on n'était pas forcément "sorti d'affaire" et l'on pouvait retomber dans la précarité. De même, l'obtention d'un logement indépendant pouvait être suivie d'une cohabitation avec la famille d'origine.

Deux enquêtes portant sur les jeunes et sur les transitions qui se produisent pendant la jeunesse avaient été réalisées antérieurement à la présente étude : l'enquête de l'INED IE0152 "Quand vient l'âge des choix" (Catherine Villeneuve-Gokalp, 1978) et l'enquête du G.E.R.M. et de la Direction Régionale de Marseille de l'INSEE, "Entrée dans la vie active et modes de vie" (Francis Godard, 1986).

Pour les besoins de l'enquête "Passage à l'âge adulte" ont été interrogés des jeunes adultes qui avaient déjà franchi la plupart de ces étapes qui jalonnent cet âge de transition, et plus précisément des personnes âgées de 25 à 34 ans au 1er janvier 1994. Elles ont été invitées à retracer l'histoire de leur jeunesse. L'objectif était de retracer l'enchainement des étapes que les jeunes franchissent dans leur progression vers l'âge adulte et de comprendre les différentes relations qui existent entre elles.  

Objectifs de l'enquête :  

1) L'enquête avait pour premier objectif de recueillir les biographies familiales, conjugales, résidentielles et professionnelles des personnes interrogées, de la fin de la scolarité obligatoire à la date de l'enquête. Une attention particulière a été accordée en outre aux moments où la situation de l'individu est incertaine et son statut flou, et où d'autres orientations auraient pu être prises. Ainsi, les chercheurs se sont intéressés au statut d'étudiant salarié, au phénomène de double résidence (en logement collectif et chez les parents, par exemple), aux fréquentations amoureuses stables sans cohabitation permanente, ainsi qu'au retour chez les parents après une phase d'autonomie résidentielle (ce que les sociologues appellent la "recohabitation"). Dans quelles conditions certaines tentatives avortent ? Pourquoi telle fréquentation "sérieuse" ne s'est pas transformée en couple, pourquoi la personne interrogée a interrompu tel cycle d'études ou démissionné de tel emploi, dans quelles conditions s'est effectué un retour temporaire chez les parents ? D'une manière générale, les chercheurs se sont intéressés aux refus et aux choix négatifs. Y a-t-il des refus de stabiliser une situation (professionnelle ou amoureuse), ou des intentions explicites de reporter des engagements ? Refuse-t-on d'effectuer des mobilités géographiques à but professionnel ou de faire un enfant avant telle échéance ?  

2) Un second objectif a été de décrire les comportements et les modes de vie associés à cet âge de transition. Ainsi il importait de connaître assez précisément l'évolution des moyens d'existence individuels, si l'on voulait situer l'apparition et la progression de l'autonomie financière. Le passage à l'âge adulte impliquait probablement une modification du rapport à l'argent, qu'on pouvait observer par le biais de l'épargne, du crédit et de l'évolution du mode de consommation (dépenses de loisir ou achats de biens durables ?). Les biens durables pouvaient également être considérés comme des instruments et des attributs de l'autonomie : on a cherché à dater l'acquisition d'un certain nombre d'entre eux (moyen de locomotion, télévision, machine à laver le linge ...). Par ailleurs, les chercheurs se sont intéressés à tous les comportements dits "à risque", dans leur contenu comme dans leurs effets : sont-ils liés à une forme de précarité sociale ? Ils ont étudié les comportements liés à l'automobile, à la moto, ainsi qu'aux sports à risque. La consommation d'alcool, de tabac, de drogue, le problème des dépressions nerveuses et des tentatives de suicide ont été abordés également. La stabilisation sociale de l'individu va de pair avec une transformation de ses comportements "juvéniles" : moins de sorties le samedi soir, moindre fréquentation du café, moins de sport, plus d'épargne. Est-ce une transformation mécanique ou une transformation volontaire ?

3) Le troisième objectif a été de décrire l'évolution des relations avec le milieu familial d'origine dans la transition à l'âge adulte. Plusieurs aspects ont été considérés. L'exemple professionnel ou conjugal des parents peut fonctionner comme modèle ou comme repoussoir et être à la source de projets explicites ou d'attitudes de principe chez leurs enfants (faire ou ne pas faire comme son père ou sa mère). Cela donne-t-il lieu à des pressions, efficaces ou non, pour la poursuite des études (de certaines études) ou pour l'entrée dans le monde professionnel ? Le réseau familial est-il actif et efficace pour l'obtention d'un" bon emploi" ou pour des "petits boulots" ? Certains enfants sont invités à quitter le logement familial. Comment se font les pressions? D'autres restent ou reviennent au bercail. Dans quelles conditions matérielles les "cohabitants prolongés" et les "recohabitants" peuvent-ils rester chez leurs parents ? Les chercheurs se sont demandé également si les parents exerçaient encore une influence sur la mise en couple de leurs enfants. Dans ce domaine, tout est possible : des parents qui incitent leurs enfants à ne pas se marier lorsqu'ils vivent en couple, à ceux qui font toujours du mariage un préalable ... Par ailleurs, les formes de solidarité familiale ont également été évaluées : prise en charge totale ou partielle des jeunes pendant leurs études, ou lorsqu'ils n'ont pas d'emploi, aides exceptionnelles au moment de l'installation résidentielle, de la mise en couple ou de la rupture du couple. Quand ces aides font-elles défaut ? A partir de quand se réduisent-elles ? Enfin la composition et les activités des divers groupes de pairs fréquentés à chaque étape ont été déterminés. Jouent-ils, eux aussi, un rôle dans le passage à l'âge adulte ? L'exemple, l'aide, ou le conseil des pairs interviennent-ils pour le choix d'un cycle d'études, d'un emploi, d'un conjoint, d'un logement ?

4) Le quatrième objectif a été de décrire précisément la spécificité des comportements des jeunes femmes. Ils se sont fortement modifiés dans les trois dernières décennies antérieures à l'enquête sans jamais s'identifier aux comportements des hommes. Ainsi les enjeux familiaux ou conjugaux restaient toujours très nettement formulés chez les premières. Existe-t-il chez les jeunes femmes sans emploi ou sans diplôme une stratégie explicite de mise en couple rapide ? Inversement peut-on repérer chez d'autres jeunes femmes une volonté plus affirmée que chez les hommes de retarder la formation du couple, ou sa consolidation par le mariage  ou la venue du premier enfant? L'enquête a accordé une attention particulière aux jeunes femmes qui n'ont pas essayé d'entrer sur le marché du travail ou qui ont échoué dans leurs tentatives : quelle est leur représentation du travail et de la famille ? Inversement quel est le processus qui conduit toujours certaines femmes diplômées à vivre seules ? Enfin les ruptures précoces d'unions de cohabitants sont abordées. Les femmes jouent-elles dans ces ruptures "juvéniles" le même rôle moteur que dans les divorces ?

Variable Groups

Full Title

Passage à l'âge adulte (1993-1994)

Alternative Title

P2A

Parallel Title

Transition to adulthood (1993-1994)

Identification Number

IE0186

Authoring Entity

Name Affiliation
BOZON Michel INED
VILLENEUVE-GOKALP Catherine INED

Other identifications and acknowledgments

Name Affiliation Role
HERTRICH Véronique INED

Producer

Name Affiliation Abbreviation Role
Institut national d'études démographiques INED

Date of Production

1994

Funding Agency/Sponsor

Name Abbreviation Role Grant
Institut national d'études démographiques INED
Caisse nationale des allocations familiales CNAF

Data Distributor

Name Affiliation Abbreviation
Institut national d'études démographiques INED

List of Keywords

Topic Classification

Date of Collection

Start End Cycle
1992-01 1992-01 Premier test du questionnaire
1992-05 1992-05 Enquête pilote
1993-01 1993-01 Deuxième test du questionnaire
1993-05 1993-08 Enquête principale
1993-10 1993-11 Première enquête complémentaire de résorption
1993-12 1994-01 Deuxième enquête complémentaire de résorption

Country

France  (FR)

Geographic Coverage

France métropolitaine

Unit of Analysis

Individu

Universe

Jeunes adultes âgés de 25 à 34 ans (au 1er Janvier 1994) appartenant aux générations 1959 à 1968

Les personnes de plus de 34 ans n'ont pas été interrogées car elles ont eu 20 ans dans les années 1970 et étaient devenues adultes dans un contexte économique et social très différent de celui des années 1990. Les individus de moins de 25 ans ont été considérés trop jeunes : ils n'avaient pas assez d'expériences à raconter.

Data Collector

Institut national d'études démographiques  (INED)

Sampling Procedure

Les chercheurs ont utilisé la méthode des quotas. Ils ont ainsi décidé d'interroger 3000 personnes, qui avaient entre 25 et 34 ans. Étant donné que l'échantillon se limitait à une tranche d'âge assez étroite, il a été possible d'utiliser des critères de quotas relativement nombreux :
1) L'âge - deux groupes ont été distingués : 25-29 ans et 30-34 ans (50/50) ;  
2) Le sexe/l'activité -  4 groupes: les hommes sans emploi (étudiants, chômeurs), les hommes ayant un emploi, les femmes sans emploi (étudiantes, au foyer, au chômage), les femmes ayant un emploi (l'objectif était de contrôler la tendance «naturelle» des enquêteurs à interroger des femmes au foyer) ;
3) Le statut conjugal - personnes en couple ou non, sans tenir compte du statut matrimonial légal ;
4) La catégorie socioprofessionnelle de la personne de référence du ménage - 7 groupes, correspondant à la classification à un chiffre de l'INSEE : agriculteurs, artisans et commerçants, cadres et professions intellectuelles supérieures, professions intermédiaires, employés, ouvriers, inactifs n'ayant jamais travaillé.

Les quotas ont été élaborés à partir d'une exploitation particulière de l'enquête Emploi de 1992, et ont été calculés par région INED (Nord-Ouest, Nord-Est, Sud-Ouest, Sud-Est, Région Parisienne), et à l'intérieur de chaque région, par strate. Les strates ayant été retenues sont : communes rurales, agglomérations urbaines de moins de 20 000 habitants, agglomérations de 20 000 à  200 000 habitants, agglomérations de de plus de 200 000 habitants sauf Paris, agglomération parisienne. L'agglomération parisienne est subdivisée en 3 strates : Paris intra muros, Petite couronne (92,93,94), Grande couronne (91,95,78,77).

Les enquêteurs avaient également pour consigne de diversifier au maximum l'échantillon : ne pas interroger uniquement des personnes diplômées, ou au contraire non diplômées, et ne pas hésiter à interroger des étrangers.

Mode of Data Collection

Questionnaire passé en face à face par 243 enquêteurs. La durée de passation du questionnaire était d'une heure et quinze minutes environ.

Type of Research Instrument

Le questionnaire papier est constitué de sept grandes parties :  

I - Caractéristiques générales
- Date et lieu de naissance. Situation matrimoniale légale, situation de fait. Nombre d'enfants. Profession actuelle, etc.  

II - Famille d'origine
- Enfance et adolescence de l'enquêté : origine géographique, migrations, séparation éventuelle des parents, remises en couple, relations avec le parent non gardien, nombre de frères et sœurs, nombre de demi-frères et de demi-sœurs ayant résidé avec l'enquêté ;
- Les parents et le travail : profession des parents, continuité de l'activité de la mère ;
- Formation, chez l'enquêté, d'attitudes à l'égard du travail, à partir des images qu'en donnent les parents ;
- Le modèle parental en matière familiale : division des tâches et des décisions, relations entre les parents, attitudes des parents à l'égard du couple et de la vie en couple ;
- Formation religieuse de l'enquêté ;
- Etat des relations parents/enquêté à la fin de l'adolescence.

III - Études
- Diplômes les plus élevés ;
- Pour les diplômés de l'enseignement supérieur : redoublements dans l'enseignement primaire et secondaire, projets professionnels à la fin de la troisième et à la veille du bac, série du bac ;
- Les études supérieures : parcours détaillé, orientations et réorientations, préférences, échecs ;
- Pour ceux qui ont interrompu leurs études avant la seconde : circonstances dans lesquelles les études ont été interrompues, projets professionnels lors de l'interruption, relation à l'institution scolaire, redoublements ;
- Pour ceux qui ont effectué (ou entamé) un second cycle du secondaire (classique, technique, L.E.P.) sans poursuivre après le bac ou le B.E.P. : redoublements, projets professionnels à la fin de la 3ème et à la veille du bac, satisfaction à l'égard de l'orientation, raisons de l'interruption des études.

IV - L'entrée dans l'emploi
- Premiers gains : argent de poche, baby sitting, cours particuliers, extras dans le commerce, petits services à des particuliers ;
- Jobs d'été : colonies de vacances, travail de bureau, etc., régularité de ces travaux, âge ;
- Vers le premier emploi stable : alternance des périodes de formation, des emplois précaires et des périodes d'inactivité ; Quand l'enquêté refuse un emploi qui lui est proposé, est-ce pour des raisons liées à l'emploi lui-même, au conjoint, aux contraintes résidentielles ? Les emplois acceptés sont-ils choisis parmi d'autres ou pris par nécessité ?
- Premier emploi (plus d'un mois) et/ou premier emploi stable (plus de six mois, y compris contrats à durée déterminée) : profession exercée, date d'entrée et de sortie, comment l'emploi a-t-il été trouvé, stabilisation dans l'emploi, raisons de le quitter ; La mobilité professionnelle est-elle entravée par la vie en couple ou facilitée par l'absence d'engagement conjugal ?
- Calendrier simplifié des emplois ultérieurs, qui sera mis en relation avec le calendrier familial (mise en couple, enfant, mariage).

V - Des premières relations amoureuses à la vie en couple et au premier enfant
- Les premiers rapports sexuels : avec quel partenaire, âge, investissement amoureux, durée de la relation, conditions de la rupture ; Y a-t-il eu des relations amoureuses antérieures à cette première relation sexuelle ?
- De la première relation amoureuse stable à la première vie en couple : la succession des relations avec sentiment amoureux, sentiment d'appartenir à un couple ; Qu'est-ce qu'un couple lorsqu'il n'y a pas cohabitation ? Pourquoi ces relations ne sont-elles pas transformées en «unions cohabitantes» ?
- La première union avec cohabitation : la rencontre du conjoint, éléments pratiques à l'origine de la décision de se mettre en couple, désir de quitter ses parents, économie de loyer, stabilisation de la situation professionnelle, attente d'un enfant ; Ceux qui se marient directement : quelles raisons, quelles pressions ?
- Les ruptures précoces et leurs conséquences : retour chez les parents, investissement professionnel, etc. ;
- Du premier couple au premier enfant et/ou au mariage (éventuel) : la décision d'avoir un enfant est-elle liée à la stabilisation des femmes (des hommes) dans leur emploi ?
- Pour chacune des unions (avec ou sans cohabitation) : durée de la relation, âge du partenaire, situation d'activité.

VI - Le départ de chez les parents
- Le départ : âge au départ, motifs du départ, mode de résidence immédiatement après la décohabitation, relations avec les parents avant le départ et dans l'année qui suit, aide à l'installation provenant des parents ou des beaux-parents, origine des revenus au moment de la décohabitation, effets de l'indépendance résidentielle sur la vie professionnelle ;
- Retour éventuel chez les parents : âge, circonstances, relations avec les parents lors d'une recohabitation ;
- Les cohabitations prolongées : choisies ou subies, les départs avortés ;
- La mobilité géographique : en relation avec la carrière professionnelle (partie IV) et l'histoire conjugale (partie V).

VII - Évolution du mode de vie
- L'argent : ouverture du premier compte bancaire, âge, avec quel(s) objectif(s), les dépenses les plus importantes à la fin des études secondaires, ouverture éventuelle d'un plan d'épargne-logement, âge, situation professionnelle et familiale à ce moment ;
- Equipement : première voiture, première voiture neuve, première machine à laver, premier poste de télévision, quelle année, mode d'acquisition ;
- Les loisirs : pratique de certains loisirs à la fin des études secondaires (cinéma, danse, sport) ;
- Les vacances : où, avec qui, avec quel argent, connaissance de pays étrangers ;
- Appartenance à un groupe d'amis ou à une bande de copains : origine et activités favorites de ce groupe, participation régulière à des sorties ou à des soirées, consommation d'alcool ;
- La santé : maladies graves, dépressions et tentatives de suicide, accidents, causes, conséquences sur les études et les débuts professionnels ;
- Automobile : moto, obtention du permis, accidents éventuels dans les premières années où l'on conduit, goût pour la vitesse, imprudence, évolution de la manière de conduire ;
- Politique : première inscription sur les listes électorales, premier vote, participation aux élections présidentielles et législatives de 1981 et de 1988, participation aux manifestations de décembre 1986.

Un calendrier, aide-mémoire, a également été conseillé aux enquêteurs, pour qu'ils notent au fur et à mesure les dates les plus importantes de la vie de la personne interrogée. Ces repères permettaient de corriger au cours de l'entretien, et avec l'enquêté(e), les erreurs de mémoire. Son utilisation était facultative.  

Un carnet de codes, qui rassemblait les codes des questions comportant un grand nombre de réponses, a été utilisé comme outil supplémentaire. Il permettait à la personne interrogée de lire les réponses en même temps que l'enquêteur les indiquait de vive voix.

Response Rate

A l'issue de l'enquête principale, ont été recueillis 82,8 % des questionnaires recherchés, soit 2 484 questionnaires. On s'est beaucoup plus approché de l'objectif final en province (85,4 %) qu'en région parisienne (73,6 %).

Après deux enquêtes supplémentaires de résorption, un total de 2988 questionnaires a été recueilli.

Other Forms of Data Appraisal

Du point de vue de l'âge et du critère de sexe/activité, les échantillons spontanément obtenus étaient très bons. C'était également le cas pour le statut conjugal, meilleur cependant en province qu'en région parisienne, où l'on a obtenu un excédent de personnes ne vivant pas en couple ; le problème le plus net était celui de Paris intra-muros (39,8 % de personnes non en couple contre 34 % demandés).
En effet, il est plus difficile d'obtenir du premier coup un échantillon satisfaisant pour les catégories socioprofessionnelles des personnes de référence. En province comme en région parisienne, les membres des professions intermédiaires sont légèrement surreprésentés au détriment des ouvriers (en province comme à Paris), des employés (en banlieue parisienne) et des inactifs n'ayant jamais travaillé.
C'est en milieu rural que les quotas de professions étaient les mieux respectés, et dans la ville de Paris qu'ils l'étaient le moins.

Related Materials

Questionnaire : Questionnaire

Questionnaire : Carnet de codes

Questionnaire : Aide-mémoire

Questionnaire : Feuille de quotas

Instructions aux enquêteurs : Présentation et mode d'emploi de l'enquête

Document destiné aux enquêteurs et présentant :
- Présentation de l'enquête
- Qui faut-il interroger ?
- Les documents de l'enquête
- Vivre en couple - Etre en couple - Problèmes de définition
- L'emploi dans l'enquête "Passage à l'âge adulte"
- La profession des individus
- Les personnes à contacter en cas de problèmes

Instructions aux enquêteurs : Questionnaire à "bulles"

Questionnaire annoté fourni aux enquêteurs pour les aider à bien comprendre chaque question et ses modalités

Argumentaire

Related Studies

IE0152 - Quand vient l'âge des choix. Enquête auprès des jeunes de 18 à 25 ans : emploi, résidence, mariage. (1978)

Related Publications

Bibliographie

Data Files Description

File Name

IE0186_N.NSDstat

Contents of Files

Pour commander le fichier de l'enquête, cliquez sur "Commander les données" en haut à droite de votre écran

Overall Case Count

2988

Overall Variable Count

874

Type of File

Nesstar 200801

Notes

Explications sur certaines modalités :
Modalité "Sans objet" : indique les personnes non concernées par la question. Le champ "Univers" décrit les personnes étant justement concernées par la question.
Modalité "Refus" : indique un refus de la part de l'enquêté(e) de répondre à la question.

Download

Metadata Index

This is the Metadata Index for a Nesstar Server.
Nesstar is a tool used for analysing, visualising and downloading datasets.

Click the "Explore Dataset" button to open the dataset.